Ca s’est fait

Rentrée 2021

Accueil des élèves jeudi 2 septembre 2021 :

classes de Secondes de 10h à 12h

classes de Premières de 14h à 15h30

classes de Terminales de 15h30 à 17h

Début des cours le vendredi 3 septembre

 Bel été à tous !



20 janvier : fête des établissements de Sion (21 janvier 1842, Alphonse RATISBONNE reçoit le don de la foi et fonde la Congrégation)

    En ce 20 janvier 2021,

entrons avec Alphonse Ratisbonne

 dans la profondeur du silence de Marie

 et laissons-nous emporter par le mystère de cette rencontre.

Souvenons-nous qu’il fonde, de générations en générations, les racines de notre épanouissement en Sion.

Que l’esprit de Sion souffle en nous et dans nos maisons.

Belle fête à chacune et chacun.

Sandrine Bathilde

A nos sœurs et frères en Sion

Pour la communauté éducative de Marseille



                   Les montagnes chanteront leur joie,                                                                                                                                                                          
   Les arbres des forêts applaudiront à la face du Seigneur,
                                  Car il vient.
                 Accueillons-le dans nos cœurs !                                    

Je vous souhaite de très belles fêtes dans le respect des croyances de chacun.
Ensemble, tenons le cap malgré la tempête,
Transmettons l’espérance même si nos cœurs sont lourds.
Osons la vie en prenant soin les uns des autres.
Plus que jamais, continuons à vivre dans la paix et dans la joie.

Sandrine BATHILDE



Noël 2020

 

 

                                                  BRAVO !



Pour que l’année 2020 soit vraiment différente…

Préparons Noël différemment avec le calendrier de l’Avent inversé !
En principe, tous les jours qui nous séparent de Noël,  nous recevons quelque chose .
Cette année, nous vous proposons de donner !
De donner quoi ? Des cadeaux à offrir aux plus démunis ( ils seront distribués par des associations)
Ces cadeaux seront présentés dans une boite à chaussures et à l’intérieur nous mettrons : un truc doux  (chocolats, papillotes), un truc chaud (bonnet, écharpe, gants…), un truc de loisir (livre, jeu de cartes, …) , des mots doux sur une jolie carte, un truc qui fait du bien( crème, eau de Cologne, gel douche….). Les boites peuvent être pour Homme ou Femme (à préciser sur la boîte)
Vous pouvez y penser en faisant vos courses et je vous préciserai l’organisation un peu plus tard. Mais le but du « jeu » est d’en offrir le maximum bien sûr !
Il  est bon d’entretenir la flamme de l’Espérance et vivre la fraternité.
Merci à tous
PS : La collecte pour la Banque Alimentaire continue dans chaque classe jusqu’à la fin Novembre. Merci
Hélène REYNAUD, APS



« Tenir le cap » par Monseigneur AVELINE

Nous avons été prévenus par les pouvoirs publics : le mois de novembre risque fort d’être « éprouvant » et l’hiver qui vient s’annonce difficile, non seulement au plan sanitaire, mais aussi aux niveaux économique et social, avec des conséquences durables, probablement « jusqu’à l’été 2021 ». Et comme si les crises, exacerbant les colères et attisant les violences, s’entraînaient les unes les autres, voici que le terrorisme vient une nouvelle fois hanter notre pays, frappant sauvagement un enseignant et se faisant menaçant contre tous ceux qui, fussent-ils musulmans, oseraient s’opposer à une idéologie islamiste, guerrière et conquérante. Ce qui se passe en France est, de plus, en consonance avec les regains de tension suscités par les agissements du pouvoir en Turquie, que ce soit dans le geste symbolique de réquisition de Sainte-Sophie et de Saint-Sauveur-in-Chora, joyaux de l’art chrétien byzantin, ou, de façon encore plus dramatique, dans l’ignoble conflit déclenché dans le Haut-Karabakh pour tenter d’éradiquer ceux qui résistent encore à une volonté hégémonique digne des heures les plus sombres de l’époque ottomane. Et la liste serait malheureusement longue, de Hong-Kong à Gaza, du Yémen au Venezuela, des lieux où l’histoire trébuche une nouvelle fois sur les pierres acérées des idéologies meurtrières, dont les plus pauvres sont toujours les plus nombreuses victimes, qu’ils soient migrants d’Afrique ou Indiens d’Amazonie, musulmans en Chine, hindous au Pakistan ou chrétiens dans le Caucase.
Dans un tel contexte, comment tenir le cap, et quel cap tenir ? Pour la foi chrétienne, la réponse est claire : le cap, c’est le Christ ! C’est en lui, le Fils, « unique médiateur entre Dieu et les hommes », (I Tm 2, 5) que le Père veut « récapituler toutes choses, celles du ciel et celles de la terre » (Ep 1, 10) par le lien de l’Esprit-Saint. La foi confesse que, dans l’événement de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus s’est accompli, une fois pour toutes, le salut du monde. Si cet événement avait, de façon manifeste, changé la face de l’histoire, il n’y aurait pas besoin d’y croire, puisque ce serait seulement une évidence à constater. Mais puisque ce n’est pas évident, nous sommes invités à croire ! Croire que l’histoire a un sens, que ce sens nous a déjà été indiqué par la façon dont Jésus, le Fils de Dieu, a vécu sa vie d’homme, se recevant du Père et se mettant à genoux pour laver les pieds de ses frères afin qu’ils comprennent la force et la gravité du commandement de la fraternité. Croire qu’il dépend de chacun de nous d’orienter l’histoire vers ce sens, non seulement par la façon dont nous mettons en pratique le programme des Béatitudes, mais aussi par notre fidélité à nous unir à l’offrande du Christ en chaque Eucharistie, dans l’espérance que le salut de Pâques, qui est offert à tous, puisse être progressivement donné à chacun. Telle est notre façon de « tenir le cap », contre vents et marées, en dépit des pressions terroristes et des vagues sanitaires à répétition ! « Oui, j’en ai l’assurance, écrit saint Paul : ni mort ni vie, ni anges ni principautés, ni présent ni avenir, ni puissances, ni hauteur ni profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté dans le Christ Jésus notre Seigneur » (Rm 8, 38).
L’espérance : voilà le secret ! L’espérance chrétienne n’est pas une attente passive d’un hypothétique sauveur qui nous délivrera de tous les malheurs du monde. Car le Sauveur est déjà venu et nous a libérés de la peur. Or bien des peuples sont aujourd’hui anesthésiés, soit par la propagande de dictateurs au pouvoir, soit par la dictature sournoise des faiseurs d’opinion. Citoyens de France, soyons donc vigilants ! Ne laissons pas l’émotion submerger la réflexion. Ne laissons pas la peur éteindre l’espérance. Ne ployons pas le genou devant les idoles d’aujourd’hui : ni devant la terreur menaçante de l’islamisme, cette idéologie déguisée en religion, ni devant l’injonction provocante du laïcisme, cette intransigeance déguisée en moralisme. Le laïcisme voudrait exclure le religieux de l’espace public, le rendant ainsi, paradoxalement, encore plus dangereux. La laïcité, au contraire, veille sur la liberté de croire et de ne pas croire. Elle ne repousse pas le sentiment religieux dans le creux de l’espace privé, mais elle l’ouvre à la critique, à l’échange et à la réflexion sur l’agora, dans le respect de la dignité de celui qui croit comme de celui qui ne croit pas. Aucun dessin ne vaut une vie humaine, quoiqu’en disent ceux qui préfèrent la violence à la raison. Mais la liberté d’expression n’est pas une liberté de provocation, parce que son emploi n’est pas toujours exempt d’abus, comme le stipule l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’homme : « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »
Chrétiens, nous sommes des citoyens parmi d’autres. Sur la mer agitée de cet automne inquiétant, gardons le cap de l’espérance, de « bonne espérance », si j’ose dire ! Une espérance active et humble, qui trouve sa source dans la Parole de Dieu, garde le regard fixé vers le Christ et prend soin de tous les frères humains, Fratelli tutti, hôtes responsables d’une même Création. Souvenons-nous des conseils du prophète Jérémie : « Béni soit l’homme qui met sa confiance dans le Seigneur, dont le Seigneur est l’espoir. Il sera comme un arbre planté au bord des eaux, qui étend ses racines vers le courant : il ne craint pas la chaleur quand elle vient, et son feuillage reste vert ; il ne redoute pas une année de sécheresse, car elle ne l’empêche pas de porter du fruit » (Jr 17, 7-8). Novembre s’annonce-t-il « éprouvant » ? Vivons profondément les étapes liturgiques de ce mois, comme des invitations à mettre notre confiance dans le Seigneur : la solennité de la Toussaint, rehaussée pour nous cette année par l’anniversaire de la consécration de Marseille au Sacré-Ceur, le 1er novembre 1720, par Mgr de Belsunce ; la fête de la Présentation de la Vierge Marie, le samedi 21 novembre, suivie le lendemain par la fête du Christ-Roi et, le dimanche 29 novembre, par l’entrée en Avent et le début d’une nouvelle année liturgique.
Comme l’arbre de Jérémie, dirigeons nos racines vers le sens profond du courant, vers l’accomplissement de l’euvre de Dieu par-delà les vicissitudes de l’histoire. Au fil du temps liturgique, méditons sur l’appel universel à la sainteté, jailli d’un Sacré-Ceur d’infinie miséricorde ; contemplons la disponibilité de la Vierge Marie, « la première en chemin », consacrant sa vie à l’euvre de Dieu, dans l’écoute de la Parole ; prenons au sérieux l’avertissement du Christ, Roi de l’univers, à ne jamais laisser la foi s’éloigner de la charité : « chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 40).
Alors ce mois de novembre, même s’il est « éprouvant », ne nous empêchera pas d’avancer, de façon mariale et synodale, vers un nouvel Avent !
 
+ Jean-Marc Aveline



Rentrée des élèves

La rentrée aura lieu le mercredi 2 septembre 2020.

 

  • Pour les Secondes : 8h30 à 12h
  • Pour les Premières : 14h à 15h30
  • Pour les Terminales : 15h30 à 17h


Dans l’attente de jours meilleurs…

Très chères familles, tout en espérant que chacun de vous se porte au mieux dans ce temps douloureux de crise pandémique, je vous confirme que si notre lycée demeure ouvert administrativement et en activité pédagogique à distance, à compter de demain mardi 17 mars 2020 midi.
Nous déplaçons le secrétariat administratif, le service de gestion, la coordination pédagogique, le bureau de la vie scolaire et la direction en externalisant les services. Nous resterons donc virtuellement en grande proximité avec chacun de vous et nous ne manquerons pas de communiquer avec vous sur la suite des opérations. École directe, le site internet et les adresses mails habituelles seront notre trait d’union. Comme nous l’avons fait ce jour de 13h à 19h, les conseils de classe se poursuivront en visioconférence. Les procédures d’orientation sont toujours en cours. J’assure chacun de vous de ma plus grande proximité, invitant nos jeunes -enfants de Sion- à se montrer sérieux et responsables surtout dans les familles où un ou deux parents sont à la tâche dans les services de santé. Notre communauté éducative comprend de nombreux médecins et personnels de santé : ils ont toute notre admiration et notre total soutien ! Que chacun de vous prenne soin de lui et de ses proches dans l’attente de jours meilleurs. En pleine communion.

Sandrine BATHILDE
Chef d’établissement



Manuels numériques

Chers parents,

Dans la continuité de la rentrée 2019, une tablette tactile sera remise à tous les élèves de Secondes pour l’utilisation de e-manuels.

Toutes les précisions vous seront données à la rentrée.

 

 



message d’espérance

Que le souvenir de la Passion et de la Résurrection du Christ

en cette année 2020 si particulière

nous renvoie au plus près de l’admiration de sa Création.

En communion de prière avec chacune et chacun de vous.

Plus que jamais en proximité de très grande Fraternité.

In Sion firmata sum

Sandrine Bathilde

NDS Marseille