Témoignages

Quelques témoignages d’élèves

 

Afin de ne gêner personne, les témoignage présentés ici ont été rédigés « à chaud », pendant la prépa, par des élèves qui désormais n’y sont plus.

 

« Je me souviens du sentiment de doute que l’on ressent au moment de faire un choix qui pourrait déterminer une partie de sa vie. C’est au moment des résultats de mes admissions en classe préparatoire que j’ai dû faire ce choix. Une fois mes doutes balayés, j’ai décidé de tenter ma chance, décidée à me prouver à moi-même que j’étais capable de réussir dans une voie que l’on m’avait toujours présentée comme un cursus élitiste.
Ainsi en août, une fois mon choix fait, je me suis rendue, comme les autres élèves ayant fait le choix d’être étudiants en classe préparatoire économique à Notre Dame de Sion, en voyage d’intégration dans le Vercors. Dès ce voyage, mon choix s’est révélé être un engagement, celui de jouer le jeu de la classe préparatoire.
Ce jeu consiste en fait à se donner les moyens dès le début de réussir les deux années qui vont suivre, certes au niveau scolaire mais également au niveau des rencontres. Il s’agit donc d’un réel engagement, capable de nous rendre heureux dès lors que l’on met tout en place pour atteindre le but fixé. Dans cette recherche d’une finalité qui à mon sens vaut vraiment la peine, on rencontre des professeurs attentifs et qualifiés, on participe à la vie d’un établissement agréable et ouvert et on rencontre des camarades que le rythme de la « prépa » transforme très vite en amis.
Soutenue et motivée, la classe préparatoire à Notre Dame de Sion s’avère être un choix que je ne regrette pas ! Je ne vous cacherai pas qu’il s’agit d’une véritable course d’endurance qui demande des efforts et des sacrifices mais qui apporte beaucoup de satisfaction lorsque l’on fait le choix en connaissance de cause et que l’on s’implique vraiment. »

 

A. R.

 

« Pour nous élèves, le stage de prérentrée dans le Vercors a deux fonctions importantes :
La première est de nous permettre de faire connaissance. Le lieu s’y prête plutôt bien : chambres proches les unes des autres, repas en commun, terrain de football, activités de groupe, etc.
La seconde fonction consiste à toucher du doigt le climat ambiant de la classe préparatoire. En effet, ce stage représente une occasion privilégiée pour un premier contact avec les professeurs. De plus, les débats ainsi que les cours dispensés lors de ce séjour donnent le ton quant à l’année à venir.
En résumé, je dirai que le stage de prérentrée inaugure l’année de manière on ne peut plus concrète. Il vous donne un aperçu général de la classe prépa, vous informe, et vous permet d’attaquer l’année scolaire dans une optique de travail. »

 

L. M.

 

« La prépa, ce n’est pas quelque chose qui commence à 8h pour se finir à 18h. Aller en prépa, c’est faire le choix de s’investir pendant 2 ans. Durant cette période, nous sommes encadrés : la première année débute par un voyage de prérentrée qui nous permet à la fois d’unir la classe et de commencer à travailler. Au-delà des cours, nos professeurs sont à notre écoute, ils nous conseillent, nous pouvons leur poser des questions à la fin des cours mais aussi via Internet. Le site, quant à lui, nous permet d’enrichir notre médiathèque et de nous tenir informés des modifications, notamment pendant les périodes de vacances scolaires.
Pour ma part, ce qui a fait la différence, et qui m’a amené à faire une prépa, c’est de savoir que je pouvais faire mes preuves durant toute la première année sans craindre d’être réorientée au cours de l’année ; et après plus de 8 mois, je ne pense pas m’être trompée, je me sens considérée, je suis réellement motivée et le cadre de travail me convient parfaitement.
Il ne faut donc pas « s’aventurer » en prépa, mais y entrer déterminé sans se fier aux préjugés. C’est un choix qui, lorsqu’il est volontaire, est payant ; et dans le cas où la prépa ne s’avère finalement pas être une voie dans laquelle vous vous sentez à l’aise, l’année n’est pas perdue autant d’un point de vue personnel, car on y apprend beaucoup, que d’un point de vue scolaire puisque des voies parallèles existent avec des équivalences vers la fac en fin de première année. »

 

E. B.

 

« Plutôt que s’attarder sur les cours, sachant que d’autres le feront et qu’il est assez facile d’en obtenir des informations, je vais parler de l’expérience « prépa » que je retire de cette année.
La prépa, même si l’on n’y reste qu’une année, est quelque chose à laquelle il faut goûter à partir du moment où l’on en a la possibilité. On acquiert tout d’abord une réelle méthode de travail qui ne peut qu’être utile pour la suite également. A cette méthode, il faut essayer de se tenir pour progresser.
Mais la prépa joue également sur le plan personnel. Les relations au sein de la classe sont différentes de celles d’une classe de lycée. En effet, au début de l’année très peu de personnes se connaissent et les liens sont à tisser. Le stage dans le Vercors précédant la rentrée joue ainsi un rôle positif et incite à une cohésion de groupe, à se découvrir les uns les autres. Ainsi la rentrée est moins difficile à affronter puisque nous nous connaissons alors tous un peu. Le stage permet également de poser les bases de ce que sera l’année, des bases sur lesquelles l’année peut mieux commencer.
Cette année au sein de notre classe l’ambiance est vraiment saine, de véritables amitiés se sont formées bien qu’au départ nous venions tous pour la plupart d’endroits différents. La prépa est ainsi un lieu de travail et ça, tout le monde le sait, mais cela n’empêche en aucun cas d’avoir une ambiance de classe conviviale qui joue un rôle important pour chacun. »

 

Q. M.

 

« Quand on me demande si la prépa Sion, c’est une bonne prépa, je réponds : « Vous savez, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises prépas. »
Si je devais résumer ma première année aujourd’hui, je dirais tout d’abord que c’est des rencontres, des gens qui m’ont tendu la main à des moments où je me sentais seule et où je n’en pouvais plus. C’est assez curieux de se dire que le hasard, les rencontres forgent un caractère. Parfois on ne trouve pas d’interlocuteur en face, de miroir qui vous aide à avancer. A Sion ce n’est pas le cas. Il y aura toujours quelqu’un pour vous aider, l’esprit de compétition n’existe pas, ni au sein des élèves ni avec les professeurs.
Je dis merci a ceux qui m’ont aidée à avancer, à progresser.
La prépa Sion commence dans le Vercors. Voyage parfait pour créer des premiers liens avec ceux qui partageront notre quotidien pendant deux ans. Malgré le froid on a survécu et on est tous rentrés entiers.
La prépa, c’est des moments de joie comme le Vercors, les rencontres, les amitiés, les amours. Mais aussi des coups de déprime, les notes, les concours blanc, les colles.
Mais plus on avance, plus on se rend compte que ce sont des entraînements des expériences qui permettent d’avancer, d’apprendre, et l’on travaille pour progresser petit à petit pour être prêt pour le concours.
La prépa Sion, c’est vraiment fantastique pour cette non compétition et cette ambiance spécifique.
Et comme on le dit tous : LA PREPA SION, C’EST PAS PAREIL ! »

 

E. F.